+00 377 92 05 92 05 interactions@monaco.mc

Démarrer à partir de l'intérieur des communautés

Watsan – post urgence / Prioritaire

WATSAN POST-URGENCE / PRIORITAIRE

Le projet consiste à équiper un forage situé en zone rurale et enclavée, d’un système de potabilisation de l’eau captée et d’orienter l’eau purifiée vers les installations de stockage et de distribution.

Le problème de l’eau.

Elleborr dispose d’un forage, réalisé par le Gouvernement du Kenya fin 2016. Afin de fournir de l’eau potable à la population au début de la sécheresse, avant la réalisation du forage, I&S a rénové un ancien camion citerne en urgence et a procédé à plusieurs approvisionnements sur le site.
Actuellement, le forage permet de couvrir les besoins de base de la population, mais l’eau présente d’importants désordres électrolytiques se répercutant négativement sur la santé publique communautaire, notamment infantile.

Le nombre important d’enfants sans leurs parents à Elleborr.

Avant leur transfert en camp de réfugiés, de nombreux parents ont souhaité que leurs enfants ne vivent pas dans les camps, où les dangers sont nombreux, et restent avec des membres de leur famille ou d’anciens voisins à Elleborr.
Généralement, les réfugiés et les déplacés qui vivent dans des camps ne retournent ni à leur routine, ni à leurs activités normales. Leurs besoins vitaux sont pris en charge par l’assistance internationale, mais ils perdent le tissu social de leurs références identitaires, et peu d’entre eux, en particulier les jeunes, ont de vraies chances d’avoir une vision de leur avenir au-delà des mécanismes de survie. En confiant leurs enfants, ces parents ont tenté de leur éviter un déracinement culturel et social.

D’autres enfants sont orphelins depuis le massacre et ont été pris en charge spontanément par des familles d’accueil locales.
De ce fait, le nombre d’enfants à Elleborr représente 55% de la population et 45% des enfants y vivent sans leurs parents.

Le problème de santé publique lié à la mauvaise qualité de l’eau de boisson.

L’eau du forage a un très mauvais goût et est fortement acide. Les analyses de l’eau ont révélé la présence de substances dangereuses L’ingestion prolongée de ces substances provoque des troubles hydro-électrolytiques pouvant à plus long terme induire des pathologies telles que l’insuffisance rénale, l’apparition d’un dérèglement du système digestif, l’anomalie du rythme cardiaque et des déformations osseuses.
25 adultes et 31 enfants ont été hospitalisés. Les enfants et les personnes âgées, dont l’organisme est plus fragile et souvent en situation de malnutrition chronique, sont les plus exposés aux complications que ces désordres peuvent engendrer.

La communauté a identifié l’achat d’eau potable par camion citerne comme prioritaire, et prévoit d’y allouer une partie de ses futurs revenus.
Ce camion de desserte d’eau se ravitaille à la seule station de remplissage dépourvue d’eau salée de Dadach Elele. Il fournit 10000 litres d’eau à un prix de 12000 Ksh (environ 110 euros), et de 15 euros de frais de desserte par pompage de la citerne du camion à celle du réservoir communautaire.
Ceci engendrera des dépenses qui ne seront pas investies dans le développement communautaire alors que l’eau est disponible par forage.

Le choix d’un équipement d’épuration de l’eau autonome par panneaux solaires est la solution la plus adaptée car les ressources en eau sont disponibles. L’eau rejetée pendant le processus de traitement pourra être également utilisée pour créer une ressource hydrique supplémentaire dévolue à l’irrigation par sillons d’une zone de plantation forestière et d’espèces fourragères.

Cette mesure permettra d’alimenter les troupeaux pendant les périodes sèches, contribuera à relever le défi du reboisement en milieu aride, et posera les bases du développement d’une filière de fourrage.

Objectif :Améliorer l’accès durable à une eau potable de qualité et en quantité suffisante à faible coût pour la communauté d’Elleborr, afin d’assurer une meilleure carte sanitaire et de faciliter le développement socio- économique.

Activités : Obtention des autorisations et agréments auprès des autorités. 
Installation de l’unité sur le site, installation de panneaux solaires et réalisation des tests par le prestataire.

Installation d’une barrière de protection qui encadrera toutes les installations

Formation d’un comité de gestion de l’eau à la maintenance des installations par le prestataire sous la supervision du coordinateur I&S/SND.

Création d’une zone de plantation irriguée par l’eau non filtrée rejetée par le système d’épuration, creusement des sillons et irrigation par gravité.

Remise des installations au comité de salubrité (hand over).

Suivi des indicateurs des pathologies liées à l’eau et de l’utilisation des équipements.

Réunions de coordination avec les comités communautaires intervenant sur la stratégie globale Eau- 
Hygiène-Assainissement et sur l’ensemble du paquet d’activités WASH.

Démarrage du projet : novembre 2017

Partenaires / Donateurs : Children & Future, I&S/SND