+00 377 92 05 92 05 interactions@monaco.mc

Démarrer à partir de l'intérieur des communautés

Composante 1 – Besoins de base – Elleborr – Projets en cours

PROGRAMME RESILIENCE – ELLEBORR

 » COMPOSANTE 1 – Besoins de base « 

Aide alimentaire et médicale d’urgence pour l’assistance à la population déplacée dans le village de Elleborr au Nord du Kenya.

 

1 / Répondre aux besoins alimentaires immédiats et aux pathologies liées à la dénutrition de la population d’Elleborr par une intervention urgente.

Budget investi de février à mai 2016 : 29 700 €

100% des personnes ont bénéficié de l’aide alimentaire.
Les rations ont permis de couvrir 1 900 Kcal/jour/personne pendant 4 mois. Le diagnostic de santé de la population a été clairement établi ; il a permis d’identifier précisément les besoins, de répondre à la crise alimentaire, et de planifier la mise en œuvre de soins de santé primaires.

 A partir de février 2016, 100% de la population d’Elleborr a eu accès à une aide alimentaire pendant une période de 4 mois.

En avril 2016, la stratégie de passage de l’aide alimentaire d’urgence à des actions de développement de plus long terme a été programmée et planifiée ; la communauté a retrouvé la force physique et morale pour structurer les différents groupes d’entraide.

En juin 2016, 100% de la population d’Elleborr ne présentait plus de signes de dénutrition sévère ; l’aide alimentaire s’est arrêtée pour faire place à des actions de relance des activités économiques locales.

La capacité communautaire à prendre part à son futur projet de santé publique est maintenant présente, grâce à la formation d’agents de santé sur le site.

L’aide alimentaire devra reprendre pendant la période de mise en œuvre des projets de développement, car la sollicitation physique des personnes sera importante, notamment dans la construction des habitations, des commerces, et pendant le travail agricole. Elle ciblera les groupes impliqués dans les activités de manutention et les familles les plus vulnérables.

2 / Watsan – Urgence : desserte en eau par camion citerne

Elleborr a été cité parmi les sites nécessitant une intervention urgente et ne possède pas d’infrastructures d’accès à l’eau potable fonctionnelles.

La seule solution actuelle est de fournir de l’eau potable à la population d’Elleborr par camion citerne. 75% des résidents et les communautés nomades sont dépendants de la desserte d’eau par ce camion-citerne.

Ce camion a une capacité de stockage de 10 000 litres d’eau. Il a rendu d’immenses services aux populations du sous comté pendant 12 ans, et a couvert des distances très importantes (environ 4000 km par mois). Ce véhicule circulait sur des pistes parfois difficilement praticables et son entretien régulier requérait un budget qui n’a pas été alloué depuis 2013.

Il n’est plus utilisable depuis, à la suite de petites pannes diverses et d’un manque de maintenance. I&S contribuera au financement de sa remise en état  et une contribution financière symbolique des communautés permettra d’en assurer la maintenance nécessaire.

Le camion-citerne se ravitaillera à la seule station fonctionnelle de remplissage dépourvu d’eau salée de Dadach Elele. 10 sites seront desservis : Dambala Fachana, Ambalo, Sololo Ramata, Walda, Anona, Godole, Rawana-Elleborr, Uran, Waye, Sololo Makutano.

Le camion assurera 3 rotations quotidiennes pendant les saisons sèches : de décembre à mars, et de juin à octobre.
La distance mensuelle parcourue est estimée à 4000 km.
L’ensemble de ces sites comprend 220 villages au total.

Bénéficiaires: 57 000 personnes

La réparation du camion citerne permettra un taux d’accès à l’eau potable pour 90% de la population.

Démarrage du projet : Dès la mobilisation des fonds.

 

3 / Appuyer le développement de l’école publique primaire et maternelle d’Elleborr pour permettre à la jeune génération de la région de bénéficier d’un enseignement de qualité. 

L’école publique de ELLEBORR appartient à la communauté. Elle a été construite en 2010 par le GoK qui fournit également l’école en livres scolaires. Elle comporte une classe maternelle et des classes primaires. 282 enfants y sont actuellement scolarisés : 136 garçons et 146 filles. L’arrivée des personnes déplacées a bouleversé le fonctionnement de l’école par un afflux d’écoliers, sans moyens adéquats. Les classes sont surchargées, sans mobilier suffisant, sans livres scolaires suffisants, et sans latrines.

Projet en cours de conception